Les évolutions récentes de la consommation d’alcool en France et de ses conséquences

Les évolutions récentes de la consommation d’alcool en France et de ses conséquences

Rédigé le 18/02/2021

Une nouvelle édition du tableau de bord annuel alcool de l'OFDT décrit les évolutions récentes de la consommation d’alcool en France et de ses conséquences sanitaires et sociales jusqu’à la fin 2019, soit à la veille de l’apparition de l’épidémie du COVID 19. Les tendances récentes sont dans la mesure du possible resituées dans le contexte plus large des évolutions observées depuis le début des années 2000. Bien que les niveaux actuels en termes de volume d’alcool vendus restent en France parmi les plus élevés au monde, le mouvement de baisse s’est poursuivi en 2019. Cette évolution concerne les vins et les spiritueux alors que les volumes de bières sont en augmentation. La consommation quotidienne d’alcool qui avait beaucoup baissé durant les années 2000 n’a pas évolué entre 2014 et 2017. Chez les jeunes, on observe un quasi triplement depuis 2000 de la part des adolescents qui n’ont jamais bu d’alcool à 17 ans mais dans le même temps la part des adolescents indiquant avoir bu cinq verres ou plus au moins une fois dans le mois (un garçon sur deux et 4 filles sur 10 en 2017) n’a pas baissé par rapport à son niveau de 2005. Concernant les dommages liés à l’alcool, celui-ci demeure une des deux premières causes de mortalité évitable : il était en 2015 à l’origine de 41 000 décès et de 28 000 nouveaux cas de cancers. Néanmoins, la mortalité par cirrhose alcoolique et le nombre de personnes hospitalisées pour ce motif reculent. Les nombres d’accidents mortels avec implication de l’alcool ont fortement baissé depuis le début des années 2000 tout comme les condamnations pour blessure involontaire par conducteur en état alcoolique. Cette évolution à la baisse semble cependant avoir atteint un palier.

En savoir plus